Le Lycée Virtuel Marocain
Discuter, parler des oeuvres littéraires enseignées au Lycée marocain et partager ses idées
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Mer 12 Juin 2013 - 7:50
Notre Communauté
Nos Classes Virtuelles
Derniers sujets
» La charte du site "Important à lire"
Ven 3 Mai 2013 - 4:22 par walido

» Pour les lycéens de la deuxième année bac
Jeu 27 Jan 2011 - 9:36 par mahita

» Cours et exercice de lycée téléchargeables !
Jeu 27 Jan 2011 - 9:25 par mahita

» Cours et exercice de lycée téléchargeables !
Jeu 27 Jan 2011 - 9:24 par mahita

» Moderateur / adminstrateur des grand forum
Dim 12 Sep 2010 - 6:04 par Amour des mots

» Femmes auteures avec pseudonymes masculins
Mar 8 Déc 2009 - 16:17 par Amour des mots

» TWILIGHT de Stephenie Meyer
Ven 6 Nov 2009 - 4:42 par Amour des mots

» Bienvenue aux nouveaux membres
Sam 12 Sep 2009 - 9:07 par Tatsuki

» Dans quelle date va débuter l'inscription ?
Jeu 3 Sep 2009 - 17:06 par Amour des mots

» LA PHRASE SIMPLE
Dim 7 Déc 2008 - 4:19 par Titrite

Ma Trousse d’Outils
Bibliothèque numérique
Meilleurs posteurs
Amour des mots
 
Hermionne
 
Kawtar
 
Yasmine
 
Lycéenne
 
Titrite
 
mahita
 
walido
 
Tatsuki
 
ziko
 

Annuaire des sites marocains



Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Imageshack



Liens Importants

Partagez | 
 

 LE MAL DE RIMBAUD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amour des mots
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 682
Age : 42
A votre service :
Points : 3472
Réputation : 5
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: LE MAL DE RIMBAUD   Mer 9 Juil 2008 - 9:10


LE MAL



Rimbaud


Extrait de poésie en 1870. C'est un sonnet classique composé de deux parties : deux quatrains et deux tercets.



    • Alexandrin
    • Rime ABAB dans les quatrains, CDD dans les
      tercets
      .

RIMBAUD est un révolté. Il écrit en plein contexte. C'est aussi un fugueur. Il a été élevé dans la religion catholique avec sa mère. Etant forcé à aller à la messe le dimanche, il pose un regard critique sur la

Bourgeoisie.
La guerre éclate en 1870 et il dit que c'est le mal. Il accuse les hommes politiques d'être responsables de la mort des hommes et complices de la religion.

Lecture du texte

Tandis que les crachats rouges de la mitraille

Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;

Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,

Croulent les bataillons en masse dans le feu ;


Tandis qu'une folie épouvantable broie

Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;

- Pauvres morts ! dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,

Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement !… –


Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées

Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or ;

Qui dans le bercement des hosannah s'endort,


Et se réveille, quand des mères, ramassées

Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir,

Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !


Rimbaud, Poésie, 1870



Annonce des axes


Dans ce texte, nous aurons 3 axes :





    • peinture de la guerre et de la dénonciation de la guerre
    • La satire de dieu et de la religion
    • la nature




Etude méthodique
I) Peinture et dénonciation de la guerre


  1. Le carnage


Ce poème peint l'horreur et la boucherie de la guerre. Il la dénonce
sur un ton virulent. Cf. Candide Chapitre 3 "boucherie héroïque" très
forte antithèse. Juxtaposition de
deux termes antithétique ® dévalorisation
de la valeur de l'héroïsme ; Voltaire dénonce la complicité de
l'Eglise et du Roi.
Rimbaud la décrit ici dans le 2ème quatrain v.1 à 6.
Dès le v.1, la métaphore "les crachats rouges" donne le ton
du poème.
Pour insister sur un mot en poésie, on le place soit au début, soit à l'hémistiche ou soit à la fin du vers.
Importance de la place de "crachat". Un mot aux sonorités dures,
terme très vulgaire et trivial, qui évoque le désagréable, le
dérangement et le réalisme.
"Crachat rouge" évoque le sang, opposition entre le ciel bleu…, l'or, le vert.
Le canon crache du feu en 1870. Le mal a la couleur du feu, du sang,
et de la haine. Nous avons un enjambement entre le vers 1 et 2 qui met
en valeur le sifflement. Pour évoquer la vision et l'ouïe avec des
sensations visuelles et auditives. Trajectoire du crachat du canon.
Le rouge du vers 1 est repris par écarlate v.3, c'est plus pathétique.
Sonorités dures :
Allitération en - "r", "crachat, raille, croulent"


- "f", "infinie, fumant"
- "sse", "masse…"


Sensation visuelle "rouge" et auditive agressive.
2. Déshumanisation des hommes

Vue du ciel proposé par Rimbaud dans les 6 premiers vers est un champ
de bataille.
Les couleurs ® en écarlate les troupes
françaises et en vert les troupes prussiennes. Une fois recouverts d'un
uniforme, ils deviennent des pions et perdent toute individualité car
c'est une masse. V.6 "fait des hommes un tas fumant". Transformation
terrible des hommes en un tas fumant. En fait, des hommes transformés
dans un tas calciné ® cendre ® mort.
Le verbe "faire" est utilisé à contre-emploi, il crée
le mal mais ne le fabrique pas.

  1. La souffrance des mères


La mère donne vie et ne veut pas que ses enfants se fassent tuer à la
guerre.
"Les mères sont ramassées dans l'angoisse" v.12.
Le rejet qui met en valeur cette expression "ramassées" ® recroquevillement tremblante et "Dieu" reste "zen". Dieu est complice et indifférent à la guerre.
Les mères pleurent l.13 "…pleurant…". Elles sont pauvres et en deuil
car elles portent du noir : "…vieux bonnet noir…". Elles demandent la
protection de Dieu en leur donnant un sous l.14 "…un gros sou…".
Une guerre sale et méprisante qui déshumanise les hommes et
qui tue la vie et fait pleurer les mères face à cette vision
dantesque de Dieu.
La présence de Dieu peut surprendre et ne pas surprendre car Rimbaud
a été pratiquant.
Ici, il attaque directement Dieu, et avec le titre, Dieu fait le mal : le diable.
Dieu est indifférent face à ce massacre.

II) La satire de Dieu et de la religion
Le verbe "rire" de Dieu se rapproche du verbe "railler" du Roi.
Dans ce poème, il ne cite qu'une seule phrase qui montre bien la simultanéité du
carnage et de Dieu qui rit.
Dans ce texte, il y a une forte antithèse :
Au rouge du sang, Rimbaud oppose l'or des églises v.10 : luxe de
l'église : "Nappe canassée", "grande", "calice d'or" qui s'oppose à la
pauvreté du peuple "vieux bonnets…".
Intonation de la guerre ® son meurtrier, dure
antithèse avec "siffle, écarlate…".
L'intonation de l'église ® son doux, agréable et mélodieux.
Niveau olfactif : opposition entre l'odeur :






de l'église ® "encens"
de la guerre ® "un tas fumant"






L'église catholique est un lieu luxueux enrichi par la pauvreté du peuple, fermé à l'espoir.
Façon très irrespectueuse ® anticlérical.
Quant aux mères, elles ont la foi. Leur ultime repas est Dieu. Elles
sont prêtes à donner tous ce qu'elles ont pour sauver l'âme
de leur fils. Les mères "donnent" (insistance en tête de vers,
et un point d'exclamation) un gros sous (toute leur richesse) en même
temps.
Rimbaud est révolté par l'indifférence de Dieu face à la générosité des mères par le point d'exclamation.
"Un gros sous dans un mouchoir" tout au singulier ce qui met en
valeur la pauvreté de ces mères. L'église complice de la guerre, pleine
de richesse, et aussi le mépris des femmes.

III) La sérénité de la nature face au carnage
La nature est évoquée essentiellement au vers 7 et 8 : le 2ème quatrain.
Rimbaud rend hommage à la nature. Nous sommes en été (belle
saison), couleur verte, bleue (ciel). C'est une nature belle et généreuse.
"Ô toi qui fit…" v.8 ¹ la guerre
La Nature crée la vie. Début de cette phrase en majuscule.
"Faire saintement" v.8 est un hommage de la Nature qui est sincère,
pure, désintéressée. Pour Rimbaud, la nature est Dieu
= divinité,
valeur morale (Cf. Le dormeur du Val).
Cette évocation de la nature est placée au milieu du sonnet, entre 2 aberrations humaines :



    • aberration de la guerre, culte de la force,
    • aberration de l'église, culte du veau d'or.



Le havre de paix, la seule chose pure par le ton de la prière "Ô toi qui…" est la Nature. Position centrale.



Conclusion
Ainsi dans ce poème, Rimbaud dénonce de manière très virulente le mal
de la guerre et de la religion. C'est un sonnet très révélateur de
cette période de sa vie marquée par la révolte et le refus du
conformisme provincial et familial.
C'est donc un texte non seulement de la guerre mais aussi de la
société de son temps. Par contre, ce poème se montre très
classique et très traditionnel en respectant les règles du sonnet
et en développant le thème traditionnel de la Nature.

_________________
Grâce à vos efforts, notre site pourra s'améliorer !

Avant de poster vos sujets lisez et signez notre charte ICI



«Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.» [Charles Baudelaire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyceemarocain.forumpersos.com
 
LE MAL DE RIMBAUD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre avis SVP: biographie A. Rimbaud voleur de feu
» [3ème] Rimbaud
» Question (idiote ?) Hugo / Rimbaud
» Ouvrages critques Rimbaud au CNED
» RIMBAUD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Lycée Virtuel Marocain :: Prosodie (pour les amateurs de la poésie) :: Analyses des poèmes-
Sauter vers: