Le Lycée Virtuel Marocain
Discuter, parler des oeuvres littéraires enseignées au Lycée marocain et partager ses idées
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Mer 12 Juin 2013 - 7:50
Notre Communauté
Nos Classes Virtuelles
Derniers sujets
» La charte du site "Important à lire"
Ven 3 Mai 2013 - 4:22 par walido

» Pour les lycéens de la deuxième année bac
Jeu 27 Jan 2011 - 9:36 par mahita

» Cours et exercice de lycée téléchargeables !
Jeu 27 Jan 2011 - 9:25 par mahita

» Cours et exercice de lycée téléchargeables !
Jeu 27 Jan 2011 - 9:24 par mahita

» Moderateur / adminstrateur des grand forum
Dim 12 Sep 2010 - 6:04 par Amour des mots

» Femmes auteures avec pseudonymes masculins
Mar 8 Déc 2009 - 16:17 par Amour des mots

» TWILIGHT de Stephenie Meyer
Ven 6 Nov 2009 - 4:42 par Amour des mots

» Bienvenue aux nouveaux membres
Sam 12 Sep 2009 - 9:07 par Tatsuki

» Dans quelle date va débuter l'inscription ?
Jeu 3 Sep 2009 - 17:06 par Amour des mots

» LA PHRASE SIMPLE
Dim 7 Déc 2008 - 4:19 par Titrite

Ma Trousse d’Outils
Bibliothèque numérique
Meilleurs posteurs
Amour des mots
 
Hermionne
 
Kawtar
 
Yasmine
 
Lycéenne
 
Titrite
 
mahita
 
walido
 
Tatsuki
 
ziko
 

Annuaire des sites marocains



Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Imageshack



Liens Importants

Partagez | 
 

 Traité de poésie pour débutants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amour des mots
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 682
Age : 42
A votre service :
Points : 3472
Réputation : 5
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Traité de poésie pour débutants   Jeu 14 Aoû 2008 - 5:37

Poésie, versification

Notions essentielles


" -Par la raison, monsieur, qu'il n'y a pour s'exprimer que la prose ou les vers.
-Il n'y a que la prose ou les vers?
-Non, monsieur: tout ce qui n'est point prose est vers; et tout ce qui n'est point vers est prose.
-Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela?
-De la prose."


Molière,
Le Bourgeois Gentilhomme.



Aspect typographique:

il suffit bien souvent à distinguer la prose de la poésie. En prose, les phrases sont écrites les unes à la suite des autres; un ensemble de phrases forme un paragraphe quand on saute une ligne. En poésie, les vers sont disposés à la ligne de façon régulière, même si la phrase n'est pas achevée grammaticalement. chaque vers commence par une majuscule. Un ensemble de vers forme une strophe quand on saute une ligne.


Définition classique du vers:

c'est un ensemble de mots qui commence par une majuscule, et, qui est caractérisé par:


1) un nombre de syllabes régulier LE RYTHME




2) le retour du même son en fin de vers LA RIME



Ces deux éléments restent valables dans la poésie moderne (après 1920), même si apparemment le vers semble disloqué et la rime évanouie; on retrouve toujours les constantes du rythme et du retour des sonorités disposés différemment, mais, qui assurent néanmoins une "musique" poétique reconnaissable.

Si l'on veut respecter un poème et le différencier de la prose, il faut donc s'imposer des règles très strictes de lecture (mentale et, à plus forte raison, à haute voix).


1) pour respecter le rythme, il faut tenir compte du nombre de syllabes et ne pas en prononcer plus ou... moins! (on évitera, si possible, de parler de "pied", mesure rythmique du vers latin, qui comportait souvent plusieurs syllabes.)



2) pour respecter la rime, il faut s'imposer
une très courte pause en fin de vers, même si le sens appelle les mots du vers suivant et ce, non seulement pour mettre la rime en évidence, mais aussi pour cadencer le vers régulièrement.



Lire comme de la prose cette strophe de Verlaine, en se laissant guider par le seul sens, détruirait complètement l'effet musical des vers:

"La lune est rouge au brumeux horizon;
Dans un brouillard qui danse, la prairie ->
S'endort fumeuse, et la grenouille crie ->
Par les joncs verts où circule un frisson."



(Les //donnent une représentation des proportions des temps de pause):
La lune est rouge au brumeux horizon;
///
Dans un brouillard qui danse,
// la prairie/
S'endort fumeuse,
// et la grenouille crie/
Par les joncs verts où circule un frisson.
////


LE DÉCOMPTE DES SYLLABES


Ce vers de Rimbaud: "C'est un trou de verdure où chante une rivière,"

peut, suivant la façon dont on le lit, comporter 11, 12, 13 ou, 14 syllabes; ce n'est ni le hasard ni l'habitude qui doivent guider à penser qu'il en a 12! Le décompte obéit à des règles précises et strictes. Pour bien comprendre cela, il faut prendre conscience que les variations d'interprétations ne dépendent que de certaines syllabes: celles qui contiennent un "e" en fin de mot, les autres ne font que très rarement problème.


En effet on peut lire:


ver/ du/ re
ou,
ver/ dur(e)
1 2 3 1 2



chan/ te
ou,
chant(e)
1 2 1



u/ ne
ou, un(e)
1 2
1



ri/ viè/ re
ou,
ri/
vièr(e)

1 2 3
1 2


Seule, la place du mot à l'intérieur du vers, décidera du sort du "e muet". Trois cas sont possibles:


1) le mot qui finit par un "e" est situé en fin de vers, la syllabe ne compte pas:

___________________________________(e)



2) le mot qui finit par un "e" est suivi par un mot qui commence par une voyelle: la syllabe ne compte pas:

______(e) Voyelle______




3) le mot qui finit par un "e" est suivi par un mot qui commence par une consonne: la syllabe compte:

______
( e) Consonne_____





A la lueur de ces éléments le vers de Rimbaud devient nécessairement:

C'es/t un/ trou/ de/ ver/du/r(e) où/ chan/t(e) u/ne/
ri/vièr(e)

1 / 2 / 3 /
4/ 5/ 6/ 7 / 8 /
9 / 10/ 11/ 12


Une fausse lecture a fort peu de chance de passer inaperçue devant un examinateur! Si vous avez des vers à lire ou à citer, n'hésitez pas à rayer ou à souligner au crayon, sur le texte même, les "e" afin d'obtenir une lecture convenable.


Remarque: Diérèse et synérèse


Baudelaire écrit:


Le/ vio/lon/ fré/mit/ co/mme un/ coeur/ qu'on/ a/fflige
1/ 2 / 3 / 4 / 5 / 6/ 7
/ 8 / 9 / 10/ 11


En appliquant la
règle précédente, on obtient logiquement 11 syllabes alors que le reste du poème
en comporte 12! Il ne s'agit pas d'une erreur. En effet, lorsque l'étymologie
révèle que le mot d'origine a deux voyelles la
diérèse
est possible, et l'on peut lire
vi/o/lon en
3 syllabes au lieu de 2. Ainsi, "lion" (du latin leo,-onis)permet
la diérèse alors que "pied" (du latin pes, pedis) ne
devrait normalement pas l'admettre.



Inversement, lorsque le même Baudelaire écrit:



En/vo/le/-toi/ bien/ loin/ de/ ces/ mi/as/mes/ mor/bides
1 / 2 / 3/ 4 / 5 / 6 / 7/ 8 / 9 / 10/ 11 / 12 / 13

faire la diérèse sur "miasme", comme ce serait possible dans d'autres cas, conduirait à un vers faux de 13 syllabes. On pratique alors une
synérèse et l'on compte: "mias/me" en rassemblant les deux syllabes "mi/as" en une seule.







PARTICULARITES RYTHMIQUES



On distingue deux types de vers selon que le nombre de syllabes qui le compose est pair ou impairs:


a) Les vers pairs: 2, 4, 6, 8, 10, 12 syllabes.
Les plus employés sont:
les vers de 8 syllabes qu'on appelle octosyllabes
les vers de 10 syllabes qu'on appelle décasyllabes
les vers de 12 syllabes qu'on appelle alexandrins.



b) Les vers impairs: (1), (3), 5, 7, 9, 11, (13). Ils sont beaucoup plus rares dans la poésie française que les vers pairs.

ex.LES DJINNS

Murs,/ villes,
Et /port,
A/sile
De/ mort,
Mer/ grise
Où/ brise
La/ brise,
Tout/ dort.



Dans/ la/ plaine
Naî/t un/ bruit
C'est/ l'ha/leine
De/ la/ nuit.
E/lle/ brame
Co/mme u/ne âme
Qu'u/ne/ flamme
Tou/jours/ suit!



La/ voix/ plus/ haute
Sem/ble un/ gre/lot.
D'un/ nain/ qui/ saute
C'est/ le/ ga/lop.
Il/ fuit/, s'é/lance,
Pui/s en/ ca/dence
Sur/ un/ pied/ danse
Au/ bout/ d'un/ flot.



La/ ru/meur/ a/pproche,
L'é/cho/ la/ re/dit.
C'est/ co/mme/ la/ cloche
D'un/ cou/vent/ mau/dit;
Co/mme un/ bruit/ de/ foule,
Qui/ to/nne et/ qui/ roule,
Et/ tan/tôt/ s'é/croule,
Et/ tan/tôt/ gran/dit.



Dieu/! la/ voix/ sé/pul/crale
Des/ Djinns/!...-Quel/ brui/t ils/ font!
Fuyons/ sous/ la/ spi/rale
De/ l'es/ca/lier/ pro/fond!
Dé/jà/ s'é/teint/ ma/ lampe,
Et/ l'om/bre/ de/ la/ rampe,
Qui/ le/ long/ du/ mur/ rampe,
Mon/te/ jus/qu'au/ pla/fond. [...]


Victor HUGO
c) La césure: c'est une coupure du rythme, à l'intérieur du vers, souvent soutenue par le sens, et qui divise le vers en deux parties. Dans la versification classique: le décasyllabe = 4 + 6 l'alexandrin = 6 + 6.

_________________
Grâce à vos efforts, notre site pourra s'améliorer !

Avant de poster vos sujets lisez et signez notre charte ICI



«Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.» [Charles Baudelaire]


Dernière édition par Amour des mots le Jeu 14 Aoû 2008 - 5:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyceemarocain.forumpersos.com
Amour des mots
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 682
Age : 42
A votre service :
Points : 3472
Réputation : 5
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Traité de poésie pour débutants   Jeu 14 Aoû 2008 - 5:41

Le résultat de cette pause rythmique s'appelle l'hémistiche qui est un demi- vers:
ex.
De quel soleil,// de quel divin flambeau
Vint ton ardeur?// lequel des plus hauts
Dieux,(...)
(Joachim du Bellay)



ex.
Que toujours dans vos vers,// le sens coupant les mots
Suspende l'hémistiche,// en marquant le repos.
(Boileau)



d) Enjambement _ Rejet _ Contre rejet.
Pour rompre la monotonie rythmique, pour suivre le sens d'une phrase, pour attirer l'attention et mettre en évidence la fin ou le début d'un vers, il existe des possibilités de "casser" le rythme.



° Enjambement:
on parle d'enjambement lorsqu'un vers n'est pas fini, et que le sens exige qu'on le continue sur le vers suivant (on "enjambe" sur l'autre vers).



___________________________ -->

________ / ________________






° Rejet: une fois l'enjambement effectué, c'est naturellement la partie finale qui est "rejetée" dans le vers suivant:


___________________________ -->

________ / ________________

rejet



ex.
J'étais mort sans surprise, et la terrible aurore -->
M'enveloppait.- Eh quoi! n'est-ce donc que cela?
(...)
Baudelaire






° Contre-rejet: c'est le contraire du rejet.
Une nouvelle phrase commence à la fin du vers et, se finit dans le vers suivant:



__________________ ________ -->

___________________________



ex.
Voici le soir charmant, ami du criminel;
Il vient comme un complice, à pas de loup; le ciel -->
Se ferme lentement comme une grande alcôve, (...)
Baudelaire




REMARQUE: pour certains, l'"enjambement" ne serait autre qu'une sorte de "rejet". Si l'élément rejeté est court (deux ou trois mots au maximum) ils l'appellent "rejet", s'il est long: un hémistiche ou tout le vers, ils l'appellent alors "enjambement".
Nous n'avons pas à prendre parti et à entrer dans de stériles querelles de spécialistes.



LA RIME


A) La richesse des rimes


°
L'assonance:
la rime, au Moyen-Age était réduite à l'assonance: c'est à dire le retour de la même voyelle accentuée en fin de vers:

ex.
Jo vos plevis qu'en vermeill sanc ert m
ise.
Franceis murrunt e France en ert hunie;
Carles li velz, a la barbe flurie,
Jamais n'ert jurn qu'il n'en ait doel et ire.
La Chanson de Roland


°
La rime pauvre: ne porte que sur le retour d'une seule voyelle finale:

ex.
"Moi je joue de l'orgue de Barbarie
et je joue du couteau aussi" [i]
Prévert



° [i]
La rime suffisante: porte sur la reprise de deux éléments phonétiques: Consonne + Voyelle ou V. + C.

ex.
Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme [ o m]
Sourirait un enfant malade, il fait un somme
[ o m]
Rimbaud



°
La rime riche: porte sur trois éléments: C. C. V. , C. V. C. , ou V. C. V.

ex.
Les parfums ne font pas frissonner sa narine [rin]
Il dort dans le soleil, la main sur la poitrine, [rin]



B) la disposition des rimes


On note traditionnellement la première apparition d'une rime en la désignant par la première lettre de l'alphabet: A, la deuxième rime par B, la troisième par C, etc...



°
Rimes plates (ou suivies): ( A A B B ...)



On dirait ton regard d'une vapeur couvert; A
Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert?) A
Alternativement tendre, rêveur, cruel, B
Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel. B
Baudelaire



°
Rimes croisées:
(A B A B)



On doute A
La nuit... B
J'écoute:- A
Tout fuit,(...) B
Hugo






°
Rimes embrassées: (A B B A) c'est-à-dire, étymologiquement, comme prises entre deux bras.

La lune est rouge au brumeux horizon; A
Dans un brouillard qui danse, la prairie B
S'endort fumeuse et la grenouille crie B
Par les joncs verts où circule un frisson; A
Verlaine




C) la composition des strophes



° Le distique: (deux vers)
____________________________

____________________________





° Le tercet: (trois vers)
____________________________

____________________________

____________________________







° Le quatrain: (quatre vers)
____________________________
____________________________

____________________________
____________________________





ex.

distiques:

O saisons, ô châteaux!
Quelle âme est sans défauts?



J'ai fait la magique étude
Du bonheur, qu'aucun n'élude.
Rimbaud



ex.

quatrains et tercets (un sonnet):


MON RÊVE FAMILIER



Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.



Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule hélas! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.



Est-elle brune, blonde ou rousse?-Je l'ignore.
Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.



Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.



Paul VERLAINE



D) poèmes à forme fixe


Les ballades, rondeaux et virelais sont des poèmes à forme fixe utilisés dès le Moyen-âge. Ils sont plus rares dans la poésie des XIX ième et XX ième siècles. Par contra le sonnet est représenté de façon constante, il répond à des règles précises:

1- Deux quatrains, suivis de deux tercets (voir supra)
2- Les rimes, à l'intérieur de ces strophes, doivent IMPÉRATIVEMENT être disposées ainsi:



1er quatrain
A
B
B
A


2ième quatrain
A
B
B
A



1er tercet
C C
C ou D
D C


2ième tercet
E E
D ou E
E D


Sinon on ne devrait pas utiliser le terme de "SONNET".

_________________
Grâce à vos efforts, notre site pourra s'améliorer !

Avant de poster vos sujets lisez et signez notre charte ICI



«Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.» [Charles Baudelaire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyceemarocain.forumpersos.com
 
Traité de poésie pour débutants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le voyage astral pour débutants
» la projection astrale pour débutants
» Recherche " Le latin pour débutants" (éditions Usborne)
» Les corps subtils pour les débutants
» Le Chamanisme pour débutants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Lycée Virtuel Marocain :: Prosodie (pour les amateurs de la poésie) :: Techniques de la poésie-
Sauter vers: